Accueil d’une famille de réfugiés

Point de situa­tion n° 6 – 18 avril 2018

Nous dispo­sons aujourd’­hui d’une petite maison à Triel, avec trois chambres, pour accueillir la famille. Elle est alimen­tée en eau, gaz et élec­tri­cité.

Cette maison, déte­nue par l’Éta­blis­se­ment Public Foncier d’Île-de-France, a été obte­nue par l’in­ter­mé­diaire de la Mairie. Elle est mise à notre dispo­si­tion pour une dizaine de mois moyen­nant une petite indem­nité d’oc­cu­pa­tion, et ce pour nous lais­ser le temps d’en­ga­ger les démarches néces­saires à l’ob­ten­tion d’une solu­tion de loge­ment pérenne.

S’agis­sant d’un bien qui est resté quelques années vacant, un gros travail de nettoyage doit être réalisé et quelques rempla­ce­ments d’équi­pe­ment s’avèrent néces­saires. Nous béné­fi­cions sur ce volet de l’ap­pui de quelques béné­voles qui donnent de leur temps et de leur compé­tences pour maîtri­ser les frais.

En l’état le coût global de l’opé­ra­tion (indem­nité d’oc­cu­pa­tion + mise au propre du loge­ment) reste, sur la durée d’oc­cu­pa­tion, bien infé­rieur à ce que coûte­rait la loca­tion d’un loge­ment équi­valent.

Nous devrions par consé­quent être très prochai­ne­ment en état d’ac­cueillir la famille.

Tous les volon­taires sont les bien­ve­nus le samedi 21 avril entre 9h et 13h, au 2 rue de Seine à Triel, pour nous aider au ménage de la maison !


Point de situa­tion n° 5 – 1er novembre 2017

Un docu­ment complet fait le point sur la situa­tion du projet au début du mois de novembre 2017. Les conclu­sions de ce docu­ment font appa­raître les points suivants :

1. Le projet recueille l’adhé­sion de plusieurs parois­siens, mais est encore accueilli avec réserves par d’autres, qui font connaître leur point de vue. Il faut encore convaincre, entraî­ner en le reliant à nos projets d’évan­gé­li­sa­tion (il contri­buera peut-être à notre annonce de la Bonne Nouvelle) et prou­ver que le téles­co­page avec les autres projets majeurs de la paroisse n’est pas rédhi­bi­toire.

2. Écono­mique­ment le projet est viable : les comptes prévi­sion­nels sont à l’équi­libre bien que les ressources aient été sous-esti­mées et les dépenses sures­ti­mées. Nous n’avons donc pas d’inquié­tude à ce sujet.

3. Admi­nis­tra­ti­ve­ment nous savons ce qu’il convient de faire, et nos appuis sont nombreux : nous n’avons pas d’inquié­tudes à ce sujet, non plus.

4. Le gros travail qui nous attend désor­mais est de recen­ser les besoins de la famille, puis d’or­ga­ni­ser l’ac­cueil, le suivi, l’in­té­gra­tion à la vie de la paroisse. Au sujet de ce dernier point, il nous faudra discer­ner comment la famille pour­rait propo­ser ses services, plutôt que de ne lui donner que la pers­pec­tive d’un assis­ta­nat longue durée. Nous pouvons comp­ter sur un noyau de parois­siens moti­vés et déci­dés à s’in­ves­tir, le nombre de béné­voles qui se sont décla­rés est suffi­sant à première vue, encore faut-il leur confier une mission, plani­fier leurs inter­ven­tions, et suivre les actions.

Comment mobi­li­ser effi­ca­ce­ment ces ressources sur le long terme ?


Point de situa­tion n° 4 – 8 juillet 2017

1. Distri­bu­tion de tracts : les Triel­lois ont été infor­més de notre projet : merci à ceux des distri­bu­teurs du livret parois­sial qui ont assuré ce service.

2. Commis­sion loge­ment : Le prix moyen d’un loge­ment type à Triel destiné à une famille réfu­giée serait de (en attente d’un loge­ment social) de 1000 €/mois, CC comprises. Un accord est négo­cié avec la Société Saint-Vincent de Paul qui assu­rera l’in­ter­mé­dia­tion loca­tive (sous­crip­tion du bail, encais­se­ment et assu­rance du loyer), ce qui rassure les proprié­taires bailleurs.

3. Commis­sion budget : nous dispo­sons de 17 800 € en promesses de dons pour vivre jusque fin 2020. Ce n’est pas suffi­sant pour nous enga­ger aussi nous réité­rons notre appel à dons ; si 100 parois­siens s’en­ga­geaient à donner 10 € mensuels, et 100 autres à 15 € mensuels, notre budget serait couvert.

4. Accueil et suivi : en rela­tion avec une personne spécia­liste des migrants, membre d’un point d’ac­cès au droit, nous établis­sons la liste des tâches (régu­la­ri­sa­tion, accueil, scola­ri­sa­tion, adap­ta­tion à la vie en France et appren­tis­sage de la langue, mise au point d’un projet profes­sion­nel,… ) que la future commis­sion « Accueil et Suivi » rece­vra comme mission Cette commis­sion sera mise en place en septembre


A l’ap­pel du Pape François, la paroisse de Triel se met en marche pour accueillir une famille de réfu­giés.

Un projet qui demande une équipe solide et un enga­ge­ment de toute la paroisse pour être réalisé.

Premier compte-rendu de la Commis­sion Loge­ment : Commis­sion loge­ment – réunion du 25 avril 2017