En attendant Noël… avec Guy Gilbert

Noël Bien­tôt

Si tu ne penses d’abord qu’à lorgner les vitrines
pour savoir ce que tu vas ache­ter pour tes gosses,
alors Noël c’est râpé…

Si tu succombes au désir de tes mômes
qui veulent une voiture de police,
une mitraillette en plas­tique
et la pano­plie complète du para,
Noël c’est râpé…

Si tu as déjà acheté le Petit Jésus en sucre
et ses parents en choco­lat sans oublier
un seul de ses bestiaux en cara­mel de la crèche,
Noël c’est râpé…

Si tu commences à dres­ser la liste des gens à invi­ter
en prenant soin d’ex­clure les chiants, les emmer­deurs,
ceux et celles qui vont trou­bler la fête tranquille,
Noël c’est râpé…

Si tu ne prends pas le temps de médi­ter durant cet Avent
le merveilleux mystère de la nuit de Noël,
la pauvreté de l’en­fant Jésus,
le dénue­ment absolu des immi­grés qui sont ses parents,
Noël c’est râpé…

Mais si tu lorgnes déjà le jeune couple de chômeurs
de ton immeuble qui, sans toi fête­rait cette nuit-là
dans un peu plus de détresse et de soli­tude,
alors Noël c’est gagné !

Si tu n’at­tends pas pour dire à l’an­cienne qui vit seule,
un mois à l’avance qu’elle sera ton invi­tée
pour qu’elle savoure d’avance durant un mois
ces quelques heures où elle sera reine
alors Noël c’est gagné !

Si tu prends la peine de réflé­chir
à ce mystère d’amour et de pauvreté
qui, au cours des âges, a été défloré,
foulé au pied et travesti en fête égoïste,
fête de beuve­rie et de gueu­le­ton
alors Noël c’est gagné !

Si tu conti­nues dans l’an­née qui vient
à vivre ce mystère en pensant que le partage
c’est pas seule­ment l’af­faire d’une nuit
alors Noël illu­mi­nera toute ton année !

Père Guy Gilbert