Liberté, égalité, et … ?

Où est passée la frater­nité ? On entend beau­coup parler de liberté, sans trop savoir d’ailleurs à quoi elle enga­ge…
On entend beau­coup parler d’éga­lité, en confon­dant souvent d’ailleurs avec iden­tité ou simi­li­tu­de…
On n’en­tend plus parler de frater­nité, ce mot inventé par saint Pierre dans sa première lettre (1P 2, 17 ; 5,9) que l’on traduit par « aimez l’en­semble de vos frères ». Nous avons telle­ment besoin de frater­nité dans notre commu­nauté parois­siale, elle nous rend telle­ment heureux lorsque nous en faisons l’ex­pé­rience. Le père Fabrice vendredi soir nous l’a décrite comme trou­vant sa source dans l’ar­rêt des critiques systé­ma­tiques de ce que sont les uns et font les autres. Cette frater­nité est le socle de notre vie parois­siale, elle est réel­le­ment une éléva­tion de nos âmes vers Dieu. Alors que samedi nous fêtons dans la prière la béatif­ca­tion de 19 martyrs d’Al­gé­rie dont les moines de Tibhi­rine, nous appre­nons que cette frater­nité peut même être univer­selle. En effet, le père Chris­tian de Chergé a été sommé, quelques mois avant son assas­si­nat, de choi­sir entre les musul­mans et les chré­tiens. Il a répondu : « comment puis-je choi­sir entre mes frères ? ».
Cette frater­nité, chers parois­siens, peut nous mener très haut.
Bel Avent à tous.
Père Matthieu BERGER+, curé