Histoire du clocher

La cloche du millé­nai­re…

La Mairie s’étant reti­rée de l’opé­ra­tion pour des raisons fiscales et commu­­nales, l’opé­ra­tion n’est pas pour autant annu­lée.

La bonne nouvelle tant atten­due est arri­vée ce mercredi 9 janvier 2008. La somme recueillie en 2000–2001, dépo­sée au Trésor Public (sans inté­rêts) vient d’être virée sur le compte livret de l’Union Parois­siale, ouvert spé­­cia­­le­ment, soit 11 862 euros.

De ce fait, nous avons immé­dia­te­ment confirmé la commande de la cloche à la fonde­rie Camille Havard de Ville­dieu les Poêles avec verse­ment d’un acompte pour livrai­son, instal­la­tion, mise sur cheva­let en bois, dans l’église pour avril 2008.

Rappe­lons les prin­ci­pales carac­té­ris­tiques de cette cloche en airain avec couronne – Fa dièse – diamètre de 992 mm – poids 616 kg – diapa­son 440 Hz.

L’Union Parois­siale a réalisé un sondage à partir des propo­si­tions suiva­nytes :

  • JOBEL : nom biblique dési­gnant l’ins­tru­ment de musique dans lequel les prêtres d’Is­raël souf­flaient pour annon­cer l’ou­ver­ture du jubilé.
  • MARTINE : en écho à saint Martin, Patron de notre paroisse.
  • CHRISTIANE : en mémoire et recon­nais­sance à notre diacre Chris­tian Depresle, disparu en 2007.
  • CLAUDE : en recon­nais­sance de tous les services rendus à Triel par M. Claude Guedon.

La consul­ta­tion des parois­siens a donné les résul­tats suivants :

  1. CHRISTIANE (ou simi­laire) : 67
  2. MARTINE : 42
  3. CLAUDE (ou simi­laire) : 32
  4. Autres prénoms : BERNADETTE 15 ; JOBEL 10 ; MARIE 9

Étant donné que Marie et saint Martin seront présents sur la cloche chacun dans un bas relief, que le nom JOBEL sera illus­tré par le logo du Jubilé de l’an 2000 figu­rant lui aussi sur la cloche, il a été convenu que les trois prénoms « Chris­tiane-Claude-Berna­dette » seraient donnés à cette nouvelle cloche.

Il reste main­te­nant à prépa­rer l’ar­ri­vée de la cloche avec une anima­tion cultu­relle, artis­tique et litur­gique. Elle sera bénie le dimanche 25 mai au cours de la messe de 11h30 par notre évèque, Mgr Éric Aumo­nier.

Malgré la “vente” de clochettes (près de 200), la sous­crip­tion doit se pour­­suivre – il manque encore envi­ron 4 000 euros. Il est donc indis­pen­sable de trou­ver de géné­reux dona­teurs (anciens ou nouveaux). Mobi­li­sons-nous tous auprès de nos familles, rela­tions amicales, profes­sion­nelles.

Le stock de clochettes étant épuisé, une nouvelle commande est prévue pour courant mars 2008. Il est possible d’en réser­ver dès main­te­nant, une ou plusieurs avec gravure “Saint-Martin 2008 – Triel-sur-Seine”. Des bougies spéciales “Cloche du Millé­naire” sont toujours dispo­nibles.

Claude Guedon, marchand du temple, selon l’ex­pres­sion du Père Silvano, se tient à la dispo­si­tion de tous pour recueillir dons et commandes – chèques à l’ordre de l’Union Parois­siale, dépo­sés en banque sur un compte rému­néré.

Pour prépa­rer l’ar­ri­vée de la cloche, un cycle de confé­rences sur le patri­moine de notre église est proposé aux parois­siens. La première d’entre elles a eu lieu le dimanche 16 mars. Elle s’est arti­cu­lée autour d’une visite confé­rence sur les magni­fiques vitraux du XVIe siècle et a été suivie d’un film consa­cré à l’art de la restau­ra­tion des vitraux.

Cette première jour­née a été couron­née d’un beau succès, à entendre les commen­taires satis­faits de la soixan­taine de visi­teurs.

Pour l’Union Parois­siale – Claude Guedon – 01 39 74 94 66 ou 06 08 32 19 29


La cloche du millé­naire est fondue !

C’est ce vendredi 9 mai que la nouvelle cloche de Triel, « Chris­tiane-Claude-Berna­dette » a été fondue dans les ateliers de la fonde­rie Camille Havard de Ville­dieu-les-Poêles. Quelques parois­siens ont assisté à l’opé­ra­tion qui n’a lieu que quatre à cinq fois par an.

Après avoir fabriqué pendant cinq semaines un moule à base de briques, argile, poils de chèvres et crot­tin de cheval, d’un mètre de diamètre et d’un mètre de haut, les fondeurs ont préparé le métal.

Notre cloche a été fondue en airain, c’est dire par un mélange de 78% de cuivre et 22% d’étain. C’est ce dernier métal qui donne la réso­nance de la cloche. La prépa­ra­tion de ce mélange a démarré vers 4 heures 30 du matin, heure d’al­lu­mage du four à double foyers à voûtes : un premier foyer est le lieu où brûlent les combus­tibles (bois et char­bon), un second foyer reçoit le métal qui chauffe par réver­bé­ra­tion des flammes sur la voûte. L’en­semble s’échauffe à 1 200 °C. Vers 10h30 l’ap­port d’étain est réalisé, en jetant des lingots dans le cuivre en fusion.

Il faudra attendre 12h15 pour que la coulée soit réali­sée. Elle s’ef­fec­tue dans le moule enterré pour éviter les effets de pous­sée qui risque­raient de le défor­mer. Depuis 2003, les cloches sont coulées à l’en­vers, les moules sont enter­rés renver­sés, ce qui permet d’évi­ter les pertes de matière lors du refroi­dissent.

L’opé­ra­tion de coulée est très impres­sion­nante : elle est rapide (1,15 minute pour notre cloche), et l’er­reur n’est pas permise. Tout est calculé : vitesse d’écou­­le­ment du métal en fusion (aussi liquide que de l’eau), vitesse de rem­­plis­­sage du moule…

Avant de percer l’ou­ver­ture du four qui libè­rera le métal, les dix opéra­teurs s’ac­cordent, se répar­tissent les tâches : une réelle tension est percep­tible. Et puis, c’est le lâché du métal : tout va très vite, il s’écoule avec un bruit de torrent à la vitesse de l’eau, se loge dans les moindres inter­stices du moule, fait fondre les motifs et inscrip­tions en cire qui donne­ront les décors de la cloche.

Le métal mettra trois ou quatre jours à refroi­dir. Il faudra ensuite démou­ler la cloche, cette prochaine opéra­tion aura lieu mercredi 14 mai dans l’après-midi. il ne restera plus qu’à la poncer et l’ac­cor­der : cette dernière opéra­tion, fasti­dieuse, consis­tera à meuler l’in­té­rieur afin de reti­rer l’ex­cé­dent de métal et permettre à notre cloche de sonner un Sol 3.


La cloche du millé­naire est démou­lée et arri­vée à l’église

C’est ce mercredi 14 mai que la nouvelle cloche de Triel, « Chris­tiane-Claude-Berna­dette » a été démou­lée dans les ateliers du fondeur. Le démou­lage s’opère par levage de la chape. La cloche appa­raît dans son état “brut de fon­­de­rie” ; elle est noire et ne brille pas. Elle est ensuite polie et accor­dée.

La cloche est arri­vée à Triel mercredi 21 mai à 11h30. Après être sortie du camion, elle a été hissée sur le cheva­let qui va la soute­nir jusqu’à ce que les travaux de restau­ra­tion et d’amé­na­gen­ment du clocher soient réali­sés.

Les enfants en retraite de première commu­nion ont pu assis­ter aux premières loges à la récep­tion de ce colis un peu inha­bi­tuel.

La cloche porte les inscrip­tions suivantes :

CHRISTIANE • CLAUDE • BERNADETTE
CLOCHE DU IIIe MILLÉNAIRE
TRIEL-SUR-SEINE
(Logo du jubilé de l’an 2000)

BÉNIE LE 25 MAI 2008
PAR MGR ÉRIC AUMONIER,
ÉVÊQUE DE VERSAILLES
EN PRÉSENCE DU PERE SILVANO BELLOMO,
CURÉ DE L’ÉGLISE SAINT-MARTIN
ET DE NOMBREUX DONNATEURS

CORNILLE HAVARD FONDEUR À VILLEDIEU-LES-POÊLES

Sur l’autre face, elle comporte une repré­sen­ta­tion de saint Martin, avec l’ins­crip­tion :

« PROCLAME LE JUBILÉ,
ANNÉE DE GRÂCE DU SEIGNEUR »
Isaïe

La prochaine étape est main­te­nant la béné­dic­tion par notre evèque Mgr Éric Aumo­nier.


La cloche du millé­naire est bénie !

La cloche du millé­naire a été bénie ce dimanche 25 mai par Mgr Éric Aumo­­nier. En ce jour du Saint Sacre­ment du Corps et du Sang du Christ, notre évêque a présidé la messe. Au cours de son homé­lie, il s’est atta­ché à nous rappe­ler le mystère de la présence de Dieu dans le Saint Sacre­ment du Corps et du Sang du Christ. La messe a été suivie par la célé­bra­tion de la béné­dic­tion de la cloche en présence de tous les acteurs de ce projet. Seul manquait le père Jean-Louis Feur­gard, retenu dans ses paroisses. En intro­duc­tion de la célé­­bra­tion, Monsieur Guedon a rappelé l’his­to­rique de ce projet. Retrou­vez ici son allo­cu­tion…

La commu­nauté s’est ensuite avancé en proces­sion vers la cloche. Mgr Aumo­­nier a béni l’as­sem­blé et la cloche avec la même eau, puis il a oint avec le Saint Chrême chacune des quatre croix que comporte la cloche à sa base. Le rituel de béné­dic­tion d’une cloche est très proche de celui du Baptème. Les signes prin­ci­paux s’y retrouvent : l’eau et le Saint Chrême. Dans le passé, la cloche était habillée d’une robe blanche. C’est ensuite que le Père Silvano a invité chacun des parois­siens à passer à côté de la cloche et à la toucher.

Au cours de cette célé­bra­tion, Mgr Aumo­nier a rappelé l’au­dace des diffé­rentes géné­ra­tions passées dans cette église et notam­ment celle d’avoir enjambé la rue lors de l’agran­dis­se­ment de l’édi­fice. Il nous a assuré qu’il ne doutait pas de l’au­dace des géné­ra­tions actuelles et notam­ment de la Mairie pour lancer les travaux de restau­ra­tion du clocher qui permet­tront de monter cette nouvelle cloche afin qu’elle puisse sonner pour le bonheur de tous.