À quel âge peut-on faire sa première communion ?

Depuis le début du XXe siècle, l’Église admet que les enfants qui ont atteint l’âge où ils commencent à raison­ner, c’est-à-dire vers sept ans, puissent commu­nier. Cepen­­dant, cet « âge de raison » est théo­rique et diffé­rent selon chaque enfant. De même que le degré de conscience du sacre­ment et la prépa­ra­tion à celui-ci sont diffé­rents pour deux enfants de même âge.

Pour qu’un enfant puisse rece­voir l’Eu­cha­ris­tie, il faut qu’il ait une certaine con­­nais­­sance de la foi chré­tienne, qu’il ait été initié à une vie de prière, qu’il com­­prenne le mystère du Christ selon ses capa­ci­tés et qu’il puisse rece­voir le Corps du Seigneur avec foi et dévo­tion (notam­ment qu’il sache distin­guer le pain eucha­­ris­­tique du pain ordi­naire et corpo­rel).

Dans la pratique, les sacre­ments sont reçus en Église et une certaine pasto­rale com­­mune est néces­saire. La règle assez répan­due en France est de célé­brer la pre­­mière commu­nion pour des enfants ayant suivi au moins deux ans de caté­chèse, tout en respec­tant chaque cas person­nel. Cela demande donc de la part des parents, des caté­chistes et des prêtres du discer­ne­ment pour distin­guer ceux qui ont atteint cet âge de raison et ceux qui ne sont pas encore tout à fait prêts.