Tout le monde peut-il communier à chaque messe ?

Commu­nier exige une dispo­si­tion du cœur et une initia­tion au mystère eucha­ris­tique.

On ne doit pas commu­nier simple­ment en suivant le mouve­ment. Il est impor­tant de se dis­­po­ser inté­rieu­re­ment à rece­voir le corps du Christ, à vivre cette rencontre merveilleuse et toujours éton­nante avec le Seigneur. De plus, il est bon de rece­voir le sacre­ment de récon­ci­lia­tion, si on a fait des fautes graves.

Tous les sacre­ments, et en parti­cu­lier l’Eu­cha­ris­tie, nous puri­fient des péchés commis et nous préservent des péchés futurs.

Ainsi ce n’est pas malgré nos péchés quoti­diens que nous pouvons commu­nier mais nous avons besoin de commu­nier préci­sé­ment à cause d’eux. Au début de la messe, au moment de la demande de pardon, nous nous rappe­lons que le sacre­ment de l’Eu­cha­ris­tie nous puri­fie des péchés quoti­diens. En outre, comme chaque commu­nion augmente en nous la charité, elle contri­bue à nous préser­ver du péché.

On peut commu­nier en rece­vant l’hos­tie dans la bouche ou sur la paume de la main ouverte. On répond « amen » à la personne qui présente l’hos­tie en disant « le Corps du Christ », pour montrer notre adhé­sion à la présence du Christ dans cette hostie.


Mon adoles­cent ne veut pas aller à la Messe ; faut-il l’obli­ger ?